- Histoire du réseau - Les Amis du Petit Anjou

Aller au contenu



Le Petit Anjou est sur
Facebook

facebook


Et aussi sur...
Instagram

facebook

logo
logo
Le conseil général va s’appuyer sur le plan du ministre des Travaux  publics Freycinet (accès à tous les français au chemin de fer). Pour des  raisons d’économie, la voie sera métrique (1 m d’écartement entre les  rails, contre 1,435 m pour les « grands » trains) permettant ainsi  d’utiliser des matériels roulants plus légers que ceux des « grands »  réseaux. Avec une voie ayant des rampes plus importantes et des courbes  plus "serrées".

De 1849 à 1880, en Maine-et-Loire, des lignes «d’intérêt général» sont ouvertes par les différentes grandes compagnies de chemin de fer et par l’administration des Chemins de fer de l’État. Ce maillage, pourtant important, laisse à l’écart des régions rurales. Le conseil général du Maine-et-Loire va faire étudier et construire un réseau départemental qui va desservir ces zones oubliées.


Chantier de construction vers 1908 (ligne Angers-Candé)
Avant la Grande Guerre, des extensions vers Clisson, la Chapelle-Glain (Loire-Inférieure), et Saint-Michel-de-Feins (Mayenne), étaient prévues. Elles ne furent jamais réalisées.

Les gares sont reliées par une voie unique, les croisements se font dans les gares qui possédent plusieurs voies dotées d’aiguillages. La gestion du réseau est confiée à la Société des Chemins de fer de l’Anjou jusqu’en 1928. Ensuite c’est la Société Générale des Chemins de fer économiques qui prend le relai.

La vitesse, dite "commerciale", des convois vapeur était  de 15 km/h...
Dates d’ouverture des différentes lignes :
1893 : Angers - Baugé - Noyant-Méon
1896 : Cholet - Vihiers - Saumur
1899 : Beaupréau - Nantes ; Beaupréau - Cholet ; Beaupréau - Chalonnes
1900 : Chalonnes - La Possonnière (Passage de La Loire au pont de l’Alleu)
1909 : Angers - Candé
1910 : Saint-Jean-de-Linières - La Possonnière (jonction des réseaux nord et sud)
On remarque qu’une ligne pénètre, sur 30 km, en Loire-Inférieure (qui deviendra « Atlantique » plus tard).
Les usagers appelleront ce chemin de fer départemental : le Petit train de l’Anjou ou encore le Petit Anjou. 317 km de voies métriques furent ainsi installés.

Au premier plan, la gare du Petit Anjou à Angers-Saint-Laud en 1910. Au fond, on distingue les bâtiments de la compagnie du Paris-Orléans.

Les ouvriers viennent de terminer l'une des piles du pont de Pruniers.
On marque l'évènement !

Une locomotive Blanc-Misseron arrive en gare de Nantes-Anjou, en tête d'un train de marchandises.

Vers 1924, le réseau fait l'acquisition d'autorails De Dion Bouton. Il s'agissait d'améliorer le service voyageurs.
En effet, la rareté de l’essence et des pneumatiques laisse les  automobiles au garage et de plus les restrictions alimentaires imposées  par l’occupant obligent les citadins à se ravitailler à la campagne.  Mais pas de reconnaissance, en 1947-1948, tout s’arrête. Le réseau est  démantelé.
Suite à la concurrence de la route, le déficit apparait en 1930 et se  maintient par la suite. En 1939, la décision est prise de fermer le  réseau. La guerre 1939-1945 va donner un sursis au petit train et lui  permettre de rendre de grands services à la population.

Siège  :  Association des Amis du Petit Anjou (AAPA) - 86 rue de la Madeleine - 49000 - Angers
Contact@petit-anjou.fr
Ateliers : La Gare - Route de Savennières - 49070 - Saint-Jean-de-Linières - téléphone : 02.41.39.75.51




Retourner au contenu